Activer les leviers de l'engagement au travail

La période actuelle nous met face à des enjeux de taille lorsque l'on parle de recrutement, intégration et fidélisation des collaborateurs. Ce qui différencie notre rapport au travail par rapport à l'ère précédente (oui je parle bien d'ère car les référentiels ont drôlement changé !), c'est la question du sens au travail. Je le mesure au travers de mes accompagnements en recrutement, en coaching de dirigeants ou en bilan de compétences : la question du sens au travail est primordiale. A ce titre, cette question est devenue une vraie boussole pour les personnes en recherche d'un travail : ils sont guidés par des choix de motivations intrinsèques plutôt qu'extrinsèques. 

 

Je ne compte plus le nombre d'exemples de personnes (souvent en situation de responsabilité d'ailleurs) qui quittent leur emploi pour devenir ébéniste ou bien postuler dans des SCOP ou le salaire est identique pour tous quel que soit le poste occupé… Par ailleurs, les métiers à vocations (tels aides-soignants, infirmiers etc.…) sont désertés par manque d'autonomie et/ou de reconnaissance/soutien.

 

Face à ces changements de comportements sociétaux et aux attentes des collaborateurs, deux postures se présentent à nous.

  1. Considérer que "c'était mieux avant" et penser que les "jeunes rechignent à l'effort", que "les gens ne veulent pas travailler" ou bien encore que "le gout du travail se perd".
  2. ou bien s'adapter à la situation et essayer de notre perception du nouveau monde pour créer les conditions d'une collaboration "gagnant-gagnant".

La première posture nous permet de trouver des causes externes à des difficultés actuelles et peut nous conduire à perdre en énergie en recrutement, gestion du turnover, gestion de l'absentéisme etc... c'est un choix qui par ailleurs peut être délibéré.

La 2e posture est plus complexe et demande une remise en question de nos pratiques et nécessite de se positionner en terme d'expérience collaborateur pour en comprendre les ressorts. Pour autant elle peut nous aider à donner du sens et donc favoriser l'engagement des collaborateurs.

 

 

Voici des pistes (inspirées d'un texte des fondateurs de l'IFAI*) sur lesquelles je vous propose de vous interroger en tant que dirigeant d'entreprise ou d'équipe au sein de votre entreprise, quelles sont les leviers d'engagement existants sur les thèmes suivants :

 

- La variété et le défi : le travail est-il raisonnablement exigeant et comporte t'il suffisamment de variété ; cet aspect du travail permet de reconnaître le plaisir que peuvent donner la mise en œuvre des compétences et la résolution de problèmes.

- L’apprentissage continu : le travail offre t'il des occasions d’apprentissage sur une base régulière ; cet aspect du travail permet de stimuler le besoin de croissance personnelle.

- Une autonomie subjective et objective : le travail fait il appel à la capacité de décision de la personne ; ce point contribue au besoin d’autonomie et au plaisir tiré de l’exercice du jugement personnel au travail.

- La reconnaissance et le soutien : le travail est-il reconnu et soutenu par les autres dans l’organisation ? Cet aspect du travail stimule le besoin d’affiliation et d’appartenance.

- Une contribution sociale qui fait du sens : le travail permet- il de relier l’exercice des activités et leurs conséquences sociales ? cela contribue à la construction de l’identité sociale et sauvegarde la dignité personnelle. Cet aspect du travail correspond au plaisir de contribuer à la société.

- Un futur désirable : le travail permet il d’envisager un futur désirable ?  il peut comporter des activités de perfectionnement et d’orientation professionnelle. Cet aspect du travail reconnaît l’espérance comme un droit humain.

 

Si vous avez répondu oui à la majorité de ces questions, vous avez de bonnes chances d'attirer vos collaborateurs et de les fidéliser sur des éléments de motivation intrinsèque et donc durables.

Si vous avez répondu non à la majorité des questions, je vous invite à recenser les éléments de votre entreprise qui certainement existent et qui pourraient alimenter une offre de collaboration attractive  : ce sont des éléments de culture d'entreprise qui sont peu couteux mais très efficaces à utiliser : il suffit d'y croire :)

 

 

*Jean-Christophe Barralis et Jean Pagès 

Écrire commentaire

Commentaires: 0